Aurore-Marie ou une étoffe Nazca est un objet littéraire insolite. Un bizarre mélange de spiritualisme et de science-fiction, de mondes parallèles et d’ambiance trouble façon Troisième République, ou alors sommes-nous dans un monde parallèle et c’est la Troisième République qui n’a jamais existé ? Tout commence en 1877 lorsque Charlotte Dubourg acquiert aux enchères un mystérieux tissu d’origine précolombienne. Elle fait la connaissance d’Aurore-Marie, une adolescente tourmentée qui prétend être persécutée par son père et ses acolytes afin qu’elle devienne la grande prêtresse d’une religion hérétique, les Tétra-épiphanes. Un aventurier, Odilon d’Arbois, affirme que l’étoffe soi-disant Nazca achetée par Charlotte proviendrait d’un univers parallèle où l’Afrique noire a colonisé la Méso-Amérique. Les accès à ce monde divergent sont localisés dans une catacombe aménagée sous les thermes de Cluny. Après cela, on ne vous en dit pas plus : vous ne le croiriez pas… Fortement influencée par le style décadent ou « fin de siècle » (Huysmans, Barbey d’Aurevilly…), « Aurore-Marie » est une œuvre d’une grande originalité : style précieux, imagination débridée, morale sulfureuse, on n’a pas fini d’en parler… « Aurore-Marie ou une étoffe Nazca » est le premier roman de Christian Jannone.