Considérations sur la grandeur des Romains et de leur décadence est l’œuvre de jeunesse de Montesquieu, qui annonce déjà son Esprit des Lois, et influencera énormément Gibbon pour son œuvre maîtresse. Voltaire lui reproche trop de concision. Mais est-ce la faute de Montesquieu s’il est capable de maîtriser un tel sujet en quelques chapitres et quelques formules ? Véritable organisation militaire, les Romains surent, plus que tout empire conquérant, diviser pour régner, exploiter et intégrer les peuples conquis. Mais leur chute est la rançon de leur succès. Ce furent leurs institutions qui leur permirent de dominer l’univers ou presque. La décadence de leurs institutions, qui n’intéressaient plus une société hédoniste et égoïste, annonce leur chute de quelques siècles. Tout a été dit sur la grandeur et la décadence des Romains. Le petit livre de Montesquieu est une lecture essentielle pour tout homme moderne.