« L’esquisse d’une morale sans obligation ni sanction » est un essai philosophique de Jean-Marie Guyau publié en 1885. Dans cet ouvrage, qui fut salué par la critique de son époque, et par des philosophes si différents que Nietzsche et Kropotkine, Guyau se place en rupture avec la morale de son temps, influencée par les conceptions kantiennes et les utilitaristes ou pragmatiques anglais. Il n’essaie pas de reconstruire un système moral, mais plutôt s’intéresse à la vie avant tout, et ce en quoi elle influence la morale humaine.