Alors qu’il traverse le Pacifique sud en solitaire, le Comte Kerkadek est surpris par une tempête et fait naufrage. Le lendemain matin, il se réveille sur la plage d’une île déserte. Mais il découvre qu’il n’est pas seul...Au coeur de la jungle de l’île tropicale, l’État français a construit une prison ultra-secrète où l’on envoie les délinquants d’opinion. Le Comte y rencontre quelques personnalités célèbres et de nombreux obscurs qui osèrent refuser le dogme en vigueur dans l’hexagone. Et puis il y a ce curieux personnage, un petit rouquin admirateur de Caton qui ne parle pas le latin. Ce détenu pas comme les autres veut en finir avec le "cadenas parisien qui tient nos consciences prisonnières". Pour redonner à Paris son mojo, pour faire revivre l’esprit enseveli sous la pierre de taille, il a un projet...radical. Avec ce récit véridique, le Comte Kerkadek fait indéniablement avancer le débat démocratique et architectural. Mais en s’en prenant à ce que la France a de plus beau et de plus sacré, en s’en prenant à Paris, il dépasse les bornes du subversif. L’homme qui n’aimait pas Paris est son troisième roman.