Marseille, porte du Sud est un reportage d’Albert Londres publié en 1926. Le journaliste nous décrit son Marseille à lui, quelques années après la deuxième exposition coloniale du siècle. Marseille est le port de l’Empire Colonial, mais c’est avant tout une porte, « une porte monumentale, où passeraient, flux et reflux, les cent visages du vaste monde. ». Londres passe en revue le port, les docks, les marins, les immigrants, l’activité incessante, la proximité des colonies, les parfums exotiques, les bois rares et précieux, les foules les plus diverses, s’intéresse aux tatoués, au trafic d’opium, et au passage, il nous peint le portrait d’une ville trois fois millénaire, qui à elle seule constitue une autre histoire de France.