Splendeurs et misères des courtisanes est un roman d’Honoré de Balzac écrit et publié sur une période de neuf ans, avant de prendre sa forme actuelle et finale, celle d’un roman fleuve, sorte de mini- Comédie Humaine, commençant comme un roman d’une facture balzacienne classique, et se métamorphosant en roman judiciaire, avant de se conclure avec le dernier coup d’archet de Jacques Collin, alias Vautrin, alias Carlos Herrera, alias Trompe-la-mort, qui triomphe une nouvelle fois de ses ennemis, et devient chef de la Police. Balzac n’a jamais dissimulé la parenté entre le personnage de Vautrin et Vidocq, qu’il rencontre dès 1822, dont il découvre les Mémoires en 1828, et qu’il continue à « fréquenter » par la suite. Comme dans Une ténébreuse affaire, Balzac nous fait aussi la démonstration de son excellente connaissance du système pénal, de l’Instruction, il nous fait visiter les recoins les plus sombres du Palais de Justice. Esther, Rubempré, Sérizy, Rastignac, Nucingen, et évidemment Vautrin, tous apparaissent dans ce long roman, un roman charnière dans l’œuvre de Balzac, un de ses plus grands romans. Précédé d’une préface détaillée et d’une biographie originales. A lire !