• Partager sur Facebook
  • Imprimer.

Poèmes saturniens

par Paul Verlaine

Prix : 0,99 €
ISBN : 978-1-910628-93-5
Nombre de pages : 78 pages
Langue du livre : français

Thème : Poésie

Les “Poèmes saturniens” sont un recueil de poèmes de Paul Verlaine publiés en 1866 chez un petit éditeur à compte d'auteur.

Les « Poèmes saturniens », souvent vus comme une œuvre de jeunesse, ou à la structure influencée par Baudelaire, posent d'emblée Verlaine parmi les plus grands.

L'originalité des Poèmes saturniens

Dès le début, il veut rompre. Il se moque des anciens maitres : les Parnassiens, Victor Hugo... Ce n'est que de bonne guerre. Mais surtout les différents genres poétiques, les mètres pairs et impairs, les néologismes, la langue populaire et la grammaire de la langue parlée.

Des vers impairs, il écrira beaucoup plus tard (en 1884) :

« De la musique avant toute chose

Et pour cela préfère l'impair

Plus vague et plus soluble dans l'air

Sans rien en lui qui pèse ou qui pose »

Retour en haut de page

Qui sont les Saturniens ?

« Or ceux-là qui sont nés sous le signe SATURNE,

Fauve planète, chère aux nécromanciens,

Ont entre tous, d'après les grimoires anciens,

Bonne part de malheur et de bonne part de bile.

L'imagination, inquiète et débile,

Vient rendre nul en eux l'effort de la Raison. »

Retour en haut de page

Les parties

Le prologue est un pastiche parnassien ou hugolien.

Melancholia monte en puissance, mais reste de facture classique.

Eaux-fortes, un peu Baudelairien, certes, mais déjà du Verlaine.

Paysages tristes contient quelques chefs d'œuvre...tristes.

Caprices et Epilogue reprennent par moments une certaine facture classique.

Retour en haut de page

Le monde enchanté des Poèmes saturniens

Dans Résignation,

Tout enfant, j'allais rêvant Ko-Hinnor,

Somptuosité persane et papale,

Heliogabale et Sardanapale !

Dans Croquis parisien

Moi, j'allais, rêvant du divin Platon

Et de Phidias,

Et de Salamine et de Marathon,

Sous l'œil clignotant des bleus becs de gaz

Dans Promenade sentimentale

Le couchant dardait ses rayons suprêmes

Et le vent berçait les nénuphars blêmes ;

Les grands nénuphars entre les roseaux

Tristement luisaient sur les calmes eaux.

Dans Chanson d'automne

Les sanglots longs

Des violons

De l'automne

Blessent mon cœur

D'une langueur

Monotone.

©Les Editions de Londres

Retour en haut de page