• Partager sur Facebook
  • Imprimer.

Jonathan Swift

Jonathan Swift (1667-1745) was an Irish writer, one of the all time greats of English-speaking literature. Novelist, essayist, pamphleteer, Swift is mostly known for Gulliver's travels, but his works extend way beyond Lilliput; Swift will be remembered as one of the greatest writers, master in satire and eternal cynic about the human condition.

Biography

Born in Dublin on November 30th, 1667 to Jonathan Swift and Abigail Erick, two English settlers in Ireland, his father died before he was born and his mother returned to England. He was raised by his uncle, Godwin. Interestingly enough, his great-great grandmother, Margaret Godwin Swift was Francis Godwin's sister. Francis Godwin is the author of The man in the moone, mentioned by Jules Verne in De la terre à la lune, and which, along with Cyrano de Bergerac's L'Autre Monde probably influenced Swift for Gulliver's travels.

Jonathan Swift was sent to Kilkenny College. Then in 1682 he attended Dublin University. Following the revolution of 1688, Swift had to leave Ireland. Back in England, he served as private secretary to Sir William Temple. For health reasons he had to travel back to Ireland in 1690, and then back to England. Not content with his position as private secretary, he became a priest within the Church of Ireland. Frustrated with his new role as a priest in a small community, frustrated in his love prospects, Swift left and once again sailed for England. There he wrote The battle of the Books, a satire aimed at the critics of Temple's “Essay upon ancient and modern learning”. Following Temple's death in 1699, Swift tried to complete his memoirs out of respect for a man he genuinely liked, but entered in conflict with some of Temple's family members. Swift then moved back to Ireland, and settled for good although he would travel frequently to England in the ensuing years. In 1704, he published A tale of a tub and The battle of the Books under a pseudonym. Swift then became more active politically, first with the Whig party, then with the Tory party. With the return of the Whigs to power, and the dislike that Queen Anne openly professed for him, Swift had to leave England for Ireland; this is when he started writing his most famous pamphlets, supporting the Irish cause: "Universal use of Irish manufacture", Modest proposal, Drapier's letters. His printer was condemned for seditious libel because of Drapier's letters. Swift then went on to write Gullivers' travels, an incredible satire of his times, which was published in 1723, and then quickly translated in Europe. Saddened with the death of Esther Johnson, a young woman with whom he had had an ambiguous relation, he started losing his senses, and finally died after a long illness in 1745.

Retour en haut de page

Swift's legacy

Let's start with what Swift is not; he is not the author of Gulliver's travels who happened to write a few pamphlets or satirical essays that no one reads anymore. He is even less the author of a nice and amusing fairytale called Voyage to Lilliput. Why? Voyage to Lilliput is not a nice fairytale about a giant in a world of little, very little people. It is, along with the other three voyages, a ferocious satire and attack against the politics of his time and especially against the English Government and establishment. And Swift is not the writer of Gulliver's travels who happened to write other works of less importance, because Gulliver's travels is a work of maturity, it is the ultimate step of a long career of satirical pamphlets. Why satirical? Why this extraordinary ability to make fun of his time, of society's woes, of people's ridicule ( Directions to servants), of the political system (Gulliver's travels), of the exploitation of the Irish by the English? First, the use of satire is an obvious stratagem to lessen the risks associated with pamphleteering, as is the use of a pseudonym. But it probably has to do with the lack of illusion about his time, its injustices, a time marked with corruption, despotism, abject poverty, war and religious persecution. It is hard for the modern man, imbued with “positivist” systems of thinking (liberalism, communism, and most other 20th century political systems, all inspired by know-it-all 19th century philosophers), to project himself into the mind of a 17th century man, as it seems one had to wait until the Enlightenment, be it French or Scottish, English or German, for man's modern vision of the world (changing, perfectible, improvable through work and good intentions) to appear. Swift is the greatest pamphleteer and satirist there is. It is because he has little hope of changing the world he criticises that he is so funny, and that his sharp wit, his absurd “tour de force”, his satiric talent transcend ages.

© 2013- Les Éditions de Londres

Jonathan Swift (1667-1745) est un écrivain irlandais, l'un des grands de la littérature de langue anglaise. Ayant écrit des nouvelles, des essais, des pamphlets, Swift est surtout connu pour son roman satirique : Les Voyages de Gulliver, mais son œuvre s'étend bien au-delà. Swift est l'un des plus grands écrivains, maître de la satire et du cynisme éternel au regard de la condition humaine.

Retour en haut de page

Biographie

Né à Dublin le 30 Novembre 1667 de Jonathan Swift senior et d'Abigail Errick, tous deux Anglais installés en Ireland. Son père meurt avant sa naissance et sa mère retourne en Angleterre après sa naissance. Il est élevé par son oncle Godwin.

À noter que son arrière-arrière-grand-mère, Margaret Godwin Swift était la sœur de Francis Godwin, l'auteur de L'homme dans la Lune cité par Jules Verne dans De la terre à la lune, et qui, avec L'Autre Monde de Cyrano de Bergerac a probablement inspiré Swift pour Les Voyages de Gulliver.

Jonathan Swift fit ses études secondaires au Kilkenny College, le Eton irlandais. Puis en 1682, il entre à l'Université de Dublin. La guerre civile en Irlande suivant la révolution anglaise de Guillaume d'Orange le fait quitter l'Irlande en 1689 pour l'Angleterre. Il devient le secrétaire privé de Sir William Temple qui était vaguement parent de sa mère.

En 1692, il est reçu docteur à Oxford et en 1695, il est ordonné prêtre en Irlande. Insatisfait de son rôle de prêtre dans une petite communauté, il retourne en Angleterre secrétaire de William Temple.

Il commence à écrire alors La Bataille des Livres, une satire visant à défendre Temple qui, dans la querelle des Anciens et des Modernes, a pris parti pour les Anciens dans son Essai sur l'étude antique et moderne.

Après la mort de William Temple en 1699, continue à défendre sa mémoire, mais il entre en conflit avec la famille de Temple. Il retourne alors en Ireland où il est chapelain de Lord Berkeley de tendance Whig.

En 1704, il publie sous un pseudonyme La Bataille des livres et Le Conte du Tonneau. Il commence à être actif en politique dans le parti Whig. En 1707, il est chargé d'une mission par le vice-roi Whig d'Irlande, Lord Pembroke. Il rencontre alors Vanessa qui sera la femme de sa vie.

En 1710, lors de la victoire des Torys, il se rallie à eux et prend la direction de leur journal l'Examiner.

En 1713, il est doyen de la cathédrale Saint Patrick à Dublin. C'est ce qui lui vaudra son nom de Dean Swift ou Doyen Swift comme les Anglais l'appellent. Mais la reine Anne refusera qu'il soit évêque, lui tenant ouvertement rigueur pour son Conte du tonneau.

En 1714, le retour des Whigs au pouvoir le font quitter définitivement l'Angleterre pour l'Ireland. Il écrit alors ses pamphlets défendant la cause Irlandaise : Modeste proposition publié en 1729 et Les lettres du Drapier publié en 1724 et commence à écrire les Voyages de Gulliver qui sera publié en 1723.

Sa fin de vie sera endeuillée par la mort de ses deux amies, Vanessa en 1723 et Esther Johnson, qu'il appelle Stella en 1728. Son œuvre s'en ressent avec une tendance à la scatologie. En 1734, son éditeur est arrêté avec deux de ses amis, lui étant protégé par la population de Dublin. Il perd alors ses facultés intellectuelles et est déclaré incapable en 1742, pour mourir en 1745.

Retour en haut de page

L'œuvre de Swift

Commençons par ce que Swift n'est pas ; l'auteur des Voyages de Gulliver n'est pas un auteur qui a écrit quelques pamphlets ou essais satiriques que personne ne lit plus. Il est encore moins, en écrivant Le Voyage à Lilliput, l'auteur d'un beau et amusant conte de fées. Pourquoi ? Le Voyage à Lilliput n'est pas un beau conte de fées au sujet d'un géant dans un monde de petits, très petits hommes. C'est, avec les trois autres voyages de Gulliver, une satire féroce et une attaque contre les hommes politiques de son temps et spécialement contre le Gouvernement anglais et l'establishment.

Et Swift n'est pas l'auteur des Voyages de Gulliver qui se serait trouvé à écrire d'autres œuvres de moindre importance, car les Voyages de Gulliver est une œuvre de maturité. C'est l'étape ultime d'une longue carrière de pamphlétaire satirique.

Pourquoi satirique ? Pourquoi cette extraordinaire capacité à se moquer de son époque, des ridicules des hommes, (Instructions aux domestiques), du système politique (Voyages de Gulliver), de l'exploitation des Irlandais par les Anglais ?

D'abord, l'utilisation de la satire est un stratagème évident pour réduire les risques de l'écriture des pamphlets, comme l'est l'utilisation d'un pseudonyme. Mais c'est probablement en rapport avec le manque d'illusion de son époque sur la solution aux injustices, à la corruption, au despotisme, à la pauvreté abjecte, à la guerre et aux persécutions religieuses.

C'est difficile pour les hommes d'aujourd'hui, imprégnés de pensées « positivistes » (le libéralisme, le communisme et la plupart des autres systèmes politiques du 20è siècle, tous inspirés par les philosophes, donneurs de leçons, du 19è siècle), de se mettre dans l'esprit d'un homme du 17è siècle alors qu'il semble que l'on devait attendre le « Siècle des lumières », qu'on soit Français ou Écossais, Anglais ou Allemand, pour voir apparaître une vision moderne des hommes du monde (qu'on pourrait modifier, changer, améliorer par le travail et les bonnes intentions).

Swift est le plus grand des pamphlétaires et des satiristes. C'est parce qu'il a peu d'espoir de changer le monde qu'il en fait une critique si amusante, et que son esprit vif, son sens de l'absurde, son talent satirique passent à travers les âges.

©2015-Les Éditions de Londres.

Livres publiés

  • Directions to servants

    par Jonathan Swift

    ISBN : 978-1-909782-11-2
    Date de parution : 21 juin 2013
    Nombre de pages : 69 pages

    “Directions to servants” is a satirical essay written by Jonathan Swift in 1731. It is not one of Swift's best known works in Britain, but Les Éditions de Londres have chosen to make this work their first Swiftian publication. And we have our reasons: first, interestingly although little-known in Britain, it is (...)

    En savoir plus
  • A Modest Proposal

    par Jonathan Swift

    ISBN : 978-1-909782-35-8
    Date de parution : 17 novembre 2013
    Nombre de pages : 24 pages

    “A modest proposal” or “A modest proposal for preventing the children of poor people from being a burthen to their parents or country, and for making them beneficial to the public” is a satire written by Jonathan Swift in 1729. In this essay, Swift suggests fighting poverty, hunger, and disenfranchisement in (...)

    En savoir plus
  • Les voyages de Gulliver

    par Jonathan Swift

    ISBN : 978-1-910628-34-8
    Date de parution : 28 juin 2015
    Nombre de pages : 812 pages

    Les « Voyages de Gulliver » est l'œuvre maîtresse de Jonathan Swift publiée en 1726. Les Voyages de Gulliver ont souvent fait l'objet d'éditions abrégées et illustrées pour les enfants comme s'il s'agissait d'un conte de fées. Mais, même si la lecture en est amusante et (...)

    En savoir plus