• Partager sur Facebook
  • Imprimer.

Kropotkine

Le prince Piotr Alekseïevitch Kropotkine (1842-1921) est un célèbre géographe et l'un des plus grands théoriciens de l'anarchisme. Pour certains, c'est aussi le fondateur de l'anarcho-communisme.

Les cosaques

Issu de la haute noblesse moscovite, Kropotkine a un parcours extraordinaire et tumultueux. Il entre à l'âge de quinze ans dans l'armée impériale russe, est affecté dans un régiment de Cosaques en Sibérie, étudie ensuite les mathématiques et la géographie à l'Université de Saint-Pétersbourg, puis dés 1872 il fait partie de la fédération jurassienne de la Première Internationale.

Militant clandestin, il est emprisonné, s'évade, puis se réfugie en Grande Bretagne comme tous les anarchistes. Il repasse en France, est arrêté à Lyon, essaie les prisons françaises pendant trois ans, ce qui lui inspire un ouvrage comparatif, « Dans les prisons russes et françaises ». Il est libéré en partie grâce à l'intervention de Victor Hugo.

De retour en Grande-Bretagne, il écrit L'entraide, un facteur de l'évolution, dont les principes, qui préconisent la disparition de l'Etat, du Gouvernement et la collectivisation des moyens de production industriels et agricoles, inspirent l'insurrection d'inspiration anarchiste de Nestor Makhno à travers l'Ukraine.

Retour en haut de page

L'anarcho-communisme...

L'anarcho-communisme c'est pour certains l'anarchisme, pour d'autres, tels que les Editions de Londres, c'est une branche de l'anarchisme dont la juxtaposition au communisme alourdit tellement la branche qu'elle plie, se casse, et s'effondre dans un bruit de bois vert et mouillé.

Il faut tout de même reconnaître que l'anarcho-communisme, cela ne sonne pas bien. Attention, Les Editions de Londres ne sont pas contre les associations de mots un peu curieuses, créatrices de sens, voire gênantes. A vrai dire, elles les encouragent. Les Editions de Londres sont des inconditionnels du surréalisme et du dadaïsme. En revanche, l'anarcho-communisme, cela ressemble un peu au PRI, Parti Révolutionnaire Institutionnel, ou encore au Revenu Minimum d'Insertion, c'est-à-dire des concepts dont la réalité s'oppose tellement à la théorie qu'ils se paient la tête de ceux qu'ils sont censés représenter. Si cette affirmation paraît indiscutable dans le cas du RMI (le mot insertion est presque une insulte à la face du récipiendaire, puisqu'il n'a aucune chance de s'insérer nulle part, si ce n'est dans la queue pour toucher son chèque), du PRI (rien de révolutionnaire, tout d'institutionnel, surtout la corruption, les orgies organisées et les meurtres politiques commandités), elle doit être modérée dans le cas de l'anarcho-communisme. Kropotkine s'inscrit dans la mouvance de Bakounine et essaie de pallier aux déficiences supposées de son maître à penser, comme beaucoup des anarchistes orphelins qui pullulent en Europe à la fin du Dix Neuvième siècle (et oui, pas beaucoup d'anarchistes politiques aux Etats-Unis). Pourtant, pour résumer, les principaux points communs entre Bakounine et Kropotkine, c'est l'amour de la liberté, l'importance de la révolte, la haine de l'Etat centralisateur et de la brutalité que l'autorité non contrôlée finit toujours par exercer sur ceux qui ont eu l'imprudence de lui confier les clés du pouvoir.

Kropotkine reconstruit un quasi-dogmatisme bien intentionné, comme la plupart des socialismes d'ailleurs, mais, influencé par sa vision unilatérale d'un monde humain comparable dans ses structures à n'importe quel monde animal, il oublie l'essentiel, il oublie un des points sur lesquels les critiques anarchistes ne se penchent pas assez, un point que Orwell semble d'ailleurs noter dans sa description de Barcelone pendant ses premier et deuxième voyage : la difficile et irréconciliable contradiction entre l'empathie sociale qui lie les êtres humains entre eux et l'amour inconditionnel de la liberté, dont les manifestations s'opposent parfois aux intérêts de la communauté élargie.

Retour en haut de page

Kropotkinskaïa

On comprend ainsi pourquoi Kropotkine a sa station de métro.

Ce fut le point clé de la première visite de EDL à Moscou : pourquoi Kropotkine a sa station et pas Bakounine ? C'est l'une des plus belles stations du métro de Moscou, qui est probablement le plus beau métro du monde. La station est ouverte en 1935, en pleine purge Stalinienne. La conclusion reste ouverte, car si Les Editions de Londres consacreront beaucoup de pages et de titres aux auteurs anarchistes, ses admirateurs comme ses détracteurs trouveront curieux qu'elles commencent avec deux textes de Kropotkine, dont elles récusent certaines des idées. Mais c'est ça, l'esprit EDL, le goût de la confrontation des points de vue.

Les Editions de Londres pensent que Kropotkine, dans son effort de construction systématique, trahit certains principes de l'esprit anarchiste, et que ceci n'échappe pas à l'Union Soviétique stalinienne qui voit dans l'anarcho-communisme une belle opportunité de récupérer les débris de la mouvance anarchiste.

Voilà ce que nous apprend une station de métro...

Kropotkine est un grand écrivain. Et la beauté de ses textes est parfois à couper le souffle: La morale anarchiste, L'esprit de révolte, L'Anarchie, sa philosophie, son idéal, Le principe anarchiste, On ne peut pas améliorer les prisons, et La Loi et l'Autorité.

© 2011- Les Editions de Londres

Retour en haut de page

Kropotkin

Prince Piotr Alekseïevitch Kropotkin (1842-1921) was a famous geographer and one of the great theorists of anarchism. For some, he also is the founder of anarcho-communism.

Retour en haut de page

Cossacks

From a high aristocracy background, Kropotkin has had an extraordinary and tumultuous life. Aged fifteen, he joins the Russian Imperial army, enters a Cossack regiment in Siberia. He studies mathematics and geography at Saint-Petersburg University, and as early as 1872, he joins the Jura federation of the International Workingmen's association .

An underground activist, he is put in jail, escapes, and finds refuge in Great Britain, joining other anarchists. He goes back to France, is arrested in Lyons, is put in a French jail for three years, which inspires his comparative essay on prisons: [In Russian and French prisons->artXXX]. He is freed in part thanks to Victor Hugo.

Back in England, he writes Mutual aid: a factor of evolution, whose principles, which recommend the disappearance of the State, Government, and the collectivisation of the means of production inspire Nestor Makhno's anarchist-led insurrection in Ukraine.

Retour en haut de page

Anarcho-communism...

For some, anarcho-communism is anarchism, and for others, such as for Les Éditions de Londres, it is a branch of anarchism whose juxtaposition to communism weighs so much on that branch that it bends, breaks and falls to the ground in a sound of wet green wood. One has to admit that anarcho-communism is a term which does not sound great. Hold on, Les Éditions de Londres have nothing against creative or curious word associations, as long as they carry meaning and disrupt the monotony of accepted sequences of words. Quite the opposite, we encourage that form of creativity. Les Éditions de Londres are genuine fans of Surrealism and Dadaïsm. But anarcho-communism is a bit of a PRI-sounding oxymoron, or RMI, ie concepts where theory reflects such a denial of reality that those concepts seem to make fun of what they aim to represent. If this statement seems undeniable in RMI's case (the word “insertion” is an insult to the benefit-seeker as he has no hope of “inserting” anywhere except in the dole queue in order to get his tiny cheque), or in PRI's case (nothing revolutionary, definitely institutional, especially corruption, organised orgies and mandated political murders), this statement has to be softened in anarcho-communism's case. Kropotkin follows Bakunin's lead but tries to compensate for the latter's so-called deficiencies, similarly to many of the orphan anarchists who abound in late Nineteenth century Europe (not so many anarchists in the United States at the same time). Still, there are obvious points of commonality between Kropotkin and Bakunin: love of freedom, importance of revolt, hatred for the centralising State, and disgust at the brutality that power without control always ends up exerting on those who had the foolishness of abandoning absolute power to them.

Kropotkin rebuilds a well-meaning dogmatism, like most socialists, but influenced by his unilateral vision of a human world similar in its structures to the animal world, he forgets the most important, he forgets a fact that is often missed by anarchist critics, a fact that Orwell seems to observe when he describes Barcelona in his first and second trips in 1936: the hard and irreconcilable contradiction between social empathy which binds human beings and the unconditional love for freedom, whose manifestations sometimes contradict the interests of the community at large.

Retour en haut de page

Kropotkinskaïa

One then understands why Kropotkin's got his tube station. It was the highlight of Les Éditions de Londres's visit to Moscow. It was a highlight and a question: why, unlike Bakunin, does Kropotkin have his tube station? Kropotkinskaïa is one of the most beautiful stations of the Moscow underground, and the Moscow underground probably is the nicest underground system in the world. In the midst of Stalin's purges, a station called Dvorets Sovetov was opened in 1935, and then renamed Kropotkinskaïa in 1957. We think that Kropotkin, because of his late life attempt at systemising his anarchist thinking, somehow contradicts some of the principles which constitute the anarchist spirit, and that is not missed by the Soviet Union which sees in anarcho-communism a good opportunity of recuperating some of the leftovers of anarchism.

This is what a tube station tells us...

Kropotkin is a great writer. We have published numerous essays and pamphlets of his. We don't always agree with his ideas and theories. But the beauty of some of his essays is simply breath-taking. In French or in English, let's discover them.

© 2013- Les Éditions de Londres

Livres publiés

  • La morale anarchiste

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-908580-09-2
    Date de parution : 2 août 2011
    Nombre de pages : 42 pages

    Paru en 1889, La morale anarchiste est le premier texte de Kropotkine publié par Les Editions de Londres, un texte admirable, qui dévoile (pour ceux qui en doutent) toutes les qualités d'écrivain du prince moscovite. Si EDL apprécie à juste titre la critique, parfois violente, de la morale bourgeoise de la (...)

    En savoir plus
  • L'esprit de révolte

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-908580-10-8
    Date de parution : 2 août 2011
    Nombre de pages : 19 pages

    L'esprit de révolte, publié en 1881, n'est pas l'un des textes phares de Kropotkine. C'est bien pour cela qu'on l'aime. De plus, il se distingue de La Conquête du pain, de L'Entraide, un facteur de l'évolution, de La morale anarchiste, en cela qu'il est plus frais, (...)

    En savoir plus
  • L’Anarchie, sa philosophie, son idéal

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-908580-39-9
    Date de parution : 2 octobre 2011
    Nombre de pages : 39 pages

    « L'Anarchie, sa philosophie, son idéal » est un ouvrage politique de Kropotkine écrit en 1896. A l'origine, le texte d'une conférence qu'il devait faire à Paris en Mars, salle de Tivoli, Kropotkine entreprend dans cet ouvrage court mais ambitieux d'offrir à l'Anarchie une explication (...)

    En savoir plus
  • Le principe anarchiste

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-908580-38-2
    Date de parution : 3 octobre 2011
    Nombre de pages : 6 pages

    « Le principe anarchiste » est un court texte de Kropotkine publié en 1913, dans les Temps nouveaux. Ecrit huit ans avant sa mort, c'est un texte tardif qui, selon Les Editions de Londres offre en quelques pages au lecteur la possibilité de tirer la substantifique mœlle de l'idée anarchiste. (...)

    En savoir plus
  • On ne peut pas améliorer les prisons

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-908580-49-8
    Date de parution : 6 novembre 2011
    Nombre de pages : 11 pages

    « On ne peut pas améliorer les prisons » de Kropotkine est un texte écrit en 1887, extrait d'une conférence donnée le 20 Décembre, cinq jours avant Noël. Les anarchistes sont des gens passionnés par la justice, et par le système de justice partout dans le monde. Parce que les anarchistes sont des citoyens du (...)

    En savoir plus
  • La loi et l’autorité

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-908580-57-3
    Date de parution : 7 décembre 2011
    Nombre de pages : 22 pages

    « La loi et l'autorité » est un texte écrit en 1892, et publié par les «Temps nouveaux ». Cette fois-ci, Kropotkine étudie la genèse de la loi, son rôle dans l'évolution politique et sociale, et démontre qu'elle est l'instrument de contrôle et de cœrcition sur les exploités légitimant le (...)

    En savoir plus
  • L'État, son rôle historique

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-908580-67-2
    Date de parution : 15 janvier 2012
    Nombre de pages : 52 pages

    « L'État, son rôle historique » est un texte politique de Kropotkine, publié dans les « Temps nouveaux » en 1906. Dans ce petit ouvrage, Kropotkine reprend beaucoup des idées déjà exposées dans L'Anarchie, sa philosophie, son idéal ou La Loi et l'Autorité, à savoir le rôle de l'État (...)

    En savoir plus
  • La Commune

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-90896-961-3
    Date de parution : 8 février 2012
    Nombre de pages : 10 pages

    « La Commune » est un texte politique de Kropotkine, publié dans la Brochure Mensuelle en 1937, donc seize ans après la mort de l'auteur. Dans ce texte court, Kropotkine revient sur les idées déjà évoquées dans L'Anarchie, sa philosophie, son idéal, La Loi et l'Autorité, mais surtout on doit le (...)

    En savoir plus
  • La Commune de Paris

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-90858-076-4
    Date de parution : 19 mars 2012
    Nombre de pages : 15 pages

    « La Commune de Paris » est un texte de Kropotkine écrit en 1880. Il revient neuf ans plus tard sur les acquis de la Commune et sur son message politique et révolutionnaire. Dés le début, Kropotkine entre dans le vif du sujet (au passage, quel bonheur que ces philosophes behavioristes, dont les (...)

    En savoir plus
  • La guerre

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-909053-10-6
    Date de parution : 4 mai 2012
    Nombre de pages : 20 pages

    « La guerre » est un texte politique et antimilitariste de Kropotkine écrit en 1912, soit deux ans avant l'un des plus grands massacres de l'histoire, la Grande Guerre, c'est-à-dire la Première Guerre Mondiale. Dés le départ, le projet est clair : Kropotkine va démontrer par ce court (...)

    En savoir plus
  • Le salariat

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-909053-31-1
    Date de parution : 11 août 2012
    Nombre de pages : 30 pages

    « Le salariat » est un texte politique et économique de Kropotkine publié en 1889, à l'origine une brochure tirée de La conquête du pain. Dés le début de ce court texte, Kropotkine nous rappelle que les collectivistes commettent une double erreur : « Tout en parlant d'abolir le (...)

    En savoir plus
  • In Russian and French prisons

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-909782-12-9
    Date de parution : 21 juin 2013
    Nombre de pages : 203 pages

    “In Russian and French prisons” is a sociological essay with political overtones written by the famous anarchist Piotr Kropotkin, originally published in London in 1887 by Ward and Downey. In “In Russian and French prisons”, Kropotkin first describes the state of prisons in Russia, then compares it with his (...)

    En savoir plus
  • La conquête du pain

    par Kropotkine

    ISBN : 978-1-910628-36-2
    Date de parution : 9 septembre 2015
    Nombre de pages : 285 pages

    « La conquête du pain » est un essai de Pierre Kropotkine publié en 1892. « La conquête du pain » est la compilation d'une série d'articles publiés principalement dans « Le Révolté » et « La Révolte ». Bien que le résultat d'une compilation, « La conquête du pain » est un ouvrage (...)

    En savoir plus