• Partager sur Facebook
  • Imprimer.

Emile Gaboriau

Emile Gaboriau (1832-1873), né à Saujon et mort à Paris, est un écrivain français, souvent considéré comme le père du roman policier. Encore un auteur publié par Les Editions de Londres à la vie mouvementée : il est clerc d'avoué, puis hussard en Afrique, il s'engage dans la cavalerie, retourne à Paris où, devenu secrétaire particulier de Paul Féval, il s'initie au journalisme puis commence à connaître le succès avec la publication en feuilleton de L'affaire Lerouge. Le mystère, le fantastique, le sordide qui règnent dans les nouvelles d'Edgar Allan Poe l'inspirent pour écrire ses œuvres les plus connues, L'affaire Lerouge, "Monsieur Lecoq", "Le crime d'Orcival". On dit aussi que Conan Doyle s'inspira des méthodes scientifiques, de l'esprit déductif et de la fougue réaliste de Lecoq, jeune inspecteur à la recherche du crime pour créer le personnage de Sherlock Holmes.

L'inventeur du roman policier

Nous ne sommes pas d'accord. Personne n'a inventé le roman policier. Ou plutôt nombreux sont ceux qui l'inventèrent ou peuvent prétendre avoir contribué à son essor prodigieux depuis plus de cent ans, puisqu'il s'agit maintenant d'un des genres littéraires les plus importants, et la première publication de ce genre par Les Editions de Londres, mais certainement pas la dernière ! Dans la littérature française policière traditionnelle, deux auteurs dominent, Gaston Leroux avec Le mystère de la chambre jaune, et Maurice Leblanc avec Arsène Lupin. Mais ils ne sont pas les seuls. D'abord, Leroux tire au moins autant ses inspirations du fantastique et de Edgar Allan Poe, que ce soit avec Le mystère de la chambre jaune, où l'on retrouve des analogies avec La lettre volée, ou avec Le fantôme de l'Opéra, au croisement du policier, romantisme et fantastique. Quant à Leblanc, nous parlerons dans un futur proche de son personnage principal, un des joyaux de la littérature et de la culture française, Arsène Lupin, qui doit son existence en partie à Marius Jacob, l'anarchiste, personnage réel, que Georges Randal, le héros du Voleur de Georges Darien n'aurait pas renié. Non, des exemples, ils sont nombreux. Outre Edgar Allan Poe, avec le Double assassinat dans la rue Morgue et La lettre volée, il y a évidemment Une ténébreuse affaire de Balzac en 1843, puis il y a les Mémoires de François Vidocq en 1827.

Retour en haut de page

Le roman social policier, précurseur du roman noir

Le roman noir, c'est la peinture de la société à travers le crime, c'est le monde vu par le petit bout de la lorgnette par le personnage de roman noir, le détective, ou le policier, le plus souvent individualiste, cynique, pessimiste, persévérant, alcoolique, inspiré, obstiné, marginal, avec un sens profond de l'équité qui corrige un système social et de justice par la pratique du cas par cas. En cela, la société n'est jamais perfectible, mais les destinées humaines dans leur individualité peuvent parfois être altérées. Donc, nous ne devons pas perdre totalement espoir, puisque quelques fois, l'un d'entre nous est sauvé, mais pour être sauvé, il faut qu'au début du roman, il y ait une ou plusieurs victimes sacrificielles, victimes du mal, lui-même produit par la société non corrigible, et dont se défie le héros comme de la peste. Cela, en gros, c'est le roman noir. Gaboriau n'a pas créé le roman noir. Rien de ce qu'écrivit Gaboriau ne se rapproche du roman noir, et pourtant nous pensons qu'il en est le précurseur. Car ses romans se situent souvent à mi-chemin entre le policier et le roman naturaliste, social à la Zola. C'est en cela que Gaboriau, sans en écrire les codes, précède et annonce le roman noir.

Retour en haut de page

Un écrivain mort trop jeune, oublié trop vite

Gaboriau n'est pas seulement l'auteur de policiers. C'était le contraire d'un romancier de genre. Si ses œuvres les plus célèbres jettent les bases du policier, et comme nous le disions plus haut, annoncent le roman noir, il s'essaie au roman d'espionnage avec Le dossier n° 113, à la satire de la vie administrative avec Les gens de bureau, au roman judiciaire avec La corde au cou, et enfin au roman social avec L'argent des autres. On commence à le redécouvrir. Les Editions de Londres se devaient de mettre leur grain de sel.

© 2011- Les Editions de Londres

Livres publiés

  • L'argent des autres

    par Emile Gaboriau

    ISBN : 978-1-908580-41-2
    Date de parution : 7 novembre 2011
    Nombre de pages : 559 pages

    « L'argent des autres » est un roman d'Emile Gaboriau publié en 1874, un an après la mort de l'auteur. C'est son dernier roman, un roman différent, qui présente, et ceci est un scoop Editions de Londres des points communs avec L'argent d'Emile Zola. « L'argent des (...)

    En savoir plus
  • Les gens de bureau

    par Emile Gaboriau

    ISBN : 978-1-908580-60-3
    Date de parution : 15 janvier 2012
    Nombre de pages : 175 pages

    « Les gens de bureau » est un roman d'Emile Gaboriau écrit en 1862. C'est une satire de la vie administrative au Second Empire. Heureusement, nous assure t-on à notre Ministère favori en dix exemplaires sur papier carbone et à en-tête, les choses ont changé depuis. Romain Caldas, jeune (...)

    En savoir plus
  • L'affaire Lerouge

    par Emile Gaboriau

    ISBN : 978-1-908969-53-8
    Date de parution : 20 mars 2012
    Nombre de pages : 328 pages

    « L'affaire Lerouge » est un roman d'Emile Gaboriau, écrit en 1864 et publié en 1866. On considère souvent qu'il s'agit du premier roman policier. L'Affaire Lerouge s'inspire d'un fait divers réel auquel Gaboriau avait été confronté en tant que journaliste, celui d'une (...)

    En savoir plus
  • Le crime d'Orcival

    par Emile Gaboriau

    ISBN : 978-1-909053-43-4
    Date de parution : 14 octobre 2012
    Nombre de pages : 371 pages

    « Le crime d'Orcival » est un roman d'Emile Gaboriau paru dans Le Petit Journal en 1866, puis publié en 1867. Après le succès de L'affaire Lerouge (succès d'ailleurs obtenu lors de sa deuxième publication en feuilleton dans le journal « Le Soleil », trois ans après sa parution initiale...), (...)

    En savoir plus
  • Le dossier 113

    par Emile Gaboriau

    ISBN : 978-1-909782-72-3
    Date de parution : 28 mars 2014
    Nombre de pages : 632 pages

    « Le dossier 113 » est un roman policier d'Emile Gaboriau paru en 1867. Après L'affaire Lerouge et Le crime d'Orcival, c'est le troisième roman policier célèbre de Gaboriau. Il suit la même structure que le Crime d'Orcival et le futur "Monsieur Lecoq". Le 28 (...)

    En savoir plus
  • Monsieur Lecoq

    par Emile Gaboriau

    ISBN : 978-1-910628-10-2
    Date de parution : 3 janvier 2015
    Nombre de pages : 1169 pages

    « Monsieur Lecoq » est un roman policier d'Emile Gaboriau publie en 1869. C'est, avec L'affaire Lerouge, le roman le plus célèbre d'Emile Gaboriau. C'est aussi l'un de ses plus longs. Dans un lieu de débauche et de beuverie nommé à propos « La poivrière », un crime terrible (...)

    En savoir plus
  • La corde au cou

    par Emile Gaboriau

    ISBN : 978-1-910628-56-0
    Date de parution : 28 janvier 2016
    Nombre de pages : 733 pages

    « La corde au cou » est un roman policier d'Émile Gaboriau publié en 1871. Dans la nuit du 22 au 23 juin 1871, un violent incendie fait rage au château de Valpinson. Un idiot du village déclare avoir vu l'auteur du sinistre, un certain Jacques de Boiscoran, qui se serait vengé de différends de (...)

    En savoir plus