• Partager sur Facebook
  • Imprimer.

Joris-Karl Huysmans

Joris-Karl Huysmans est un écrivain et critique d'art français né et mort à Paris (1848- 1907).

Souvent associé avec les décadentistes, Huysmans est l'un des plus importants écrivains de la fin du 19ème siècle.

Le naturalisme

Il est né d'un père néerlandais et d'une mère française. Il entre au Ministère de l'Intérieur en 1866, où il travaillera toute sa vie.

Il collabore au journal Le Gaulois, collaboration qu'il finit par abandonner sous la pression de ses supérieurs.

En 1874, il publie un recueil poétique à compte d'auteur, Le drageoir aux épices. On y retrouve l'influence des Romantiques, de Baudelaire, de Villon.

Deux ans plus tard, il publie son premier roman à Bruxelles, par crainte de la censure. Il s'agit de Marthe, histoire d'une fille, roman évidemment d'influence naturaliste.

Il publiera une critique élogieuse de L'assommoir, et se liera d'amitié avec le plus grand des naturalistes, Emile Zola, lequel lui fera connaitre Guy de Maupassant et d'autres écrivains à la mode en cette fin du 19ème siècle.

Retour en haut de page

Le décadentisme

Mais Huysmans s'éloignera progressivement de la critique sociale à la Zola à travers les œuvres qui suivront. D'abord En ménage puis A vau-l'eau commenceront à peindre une perspective toute différente, une sorte de post-naturalisme, ou plutôt le décadentisme, qui reste une expression bien limitée.

Quand le naturaliste décrit les tares de la société, il espère susciter une prise de conscience, qui aboutira à sa reforme et sa transformation. Le décadentiste voit les mêmes tares que le naturaliste, mais il n'a même plus l'envie ni l'intérêt d'y rien changer. Son dégoût et sa désillusion sont devenues telles que ces tares lui inspirent la tristesse, l'ennui puis le désintérêt. Ce que certains appellent un immoralisme est en réalité une grande fatigue, ce que l'on pourrait qualifier de cynisme est un réalisme sans myopie.

Le décadentisme, c'est le naturalisme sans les prétentions morales.

La rupture intervient avec A rebours. Dans ce livre unique, original, sans le moindre espoir, ce livre esthétique érémitique, le héros des Esseintes ne quitte pas son domicile, si ce n'est en souvenir ou en rêve, et repasse dans sa tête sa vision du monde, qui n'a plus pour lui qu'un intérêt esthétique.

Retour en haut de page

La conversion

A la fin de A rebours, des Esseintes et son auteur sont arrivés au bout de l'impasse. Une fois les considérations esthétiques sur un monde en perdition vues et revues en silence sans quitter son domicile de plus en plus rabougri par la place qu'y prend la vie ressassée, il n'y a plus nulle part où aller. Le décadentisme aboutit à la chute ; du non-espoir on arrive au néant. Et le néant, cela fait toujours peur, aux cyniques les plus endurcis, aux désespérés les plus acharnés. Du néant à la réincarnation il n'y a souvent qu'un pas, et ce pas, Huysmans le franchit aussi, progressivement, d'abord avec Là-bas, sorte de démonisation du monde de A rebours, puis avec En route, où il narre sa conversion à la foi catholique, et enfin La Cathédrale en 1898, qui expose la symbolique chrétienne de la Cathédrale de Chartres.

Il s'intéressera à l'art sacré, étudiera la littérature mystique, la peinture et la sculpture religieuses, la vie des saints, il se retirera dans divers monastères. On ne peut qu'être intrigué par la similitude de ce parcours avec celui d'autres écrivains de la même époque, comme Léon Bloy ou François Mauriac. Le désespoir schopénauerien du milieu du siècle conduit au culte littéraire du néant et à l'anarchisme politique, puis à la conversion chrétienne et se finit par la guerre.

Retour en haut de page

Le critique d'art

Huysmans est issu par son père d'une longue lignée de peintres hollandais. Très tôt, il est passionné par la peinture. Il fera tout pour faire connaitre l'impressionnisme au public. Ses textes sur l'art (chroniques) seront réunis dans L'art moderne et Certains.

Mallarmé dira de lui : « le seul causeur d'art qui puisse faire lire de la première à la dernière page des Salons d'antan, plus neufs que ceux du jour.»

Huysmans se distinguera aussi par ses nombreuses critiques, textes, chroniques littéraires.

Pour appréhender ses goûts en peinture, en littérature, et sa vision néantiste d'un monde sans espoir, rien ne vaut la lecture de A rebours, un roman unique.

©Les Editions de Londres

Livres publiés

  • A rebours

    par Joris-Karl Huysmans

    ISBN : 978-1-910628-99-7
    Date de parution : 7 novembre 2016
    Nombre de pages : 275 pages

    « À rebours » est un roman de Joris-Karl Huysmans paru en 1884. « À rebours », dont l'unique acteur est le personnage des Esseintes, l'unique lieu sa chambre (enfin, avant le retour à Paris), et l'unique action ses souvenirs, ses perspectives, son regard sur le monde, (...)

    En savoir plus